spirituel

spirituel, elle [ spiritɥɛl ] adj.
• déb. XIIIe; spiritiel Xe; lat. ecclés. spirit(u)alis
I
1Philos. Qui est esprit, de l'ordre de l'esprit considéré comme un principe indépendant. immatériel, incorporel. L'âme conçue comme réalité spirituelle.
2Propre ou relatif à l'âme, en tant qu'émanation et reflet d'un principe supérieur, divin. Vie spirituelle. Exercices spirituels.
3Qui est d'ordre moral, n'appartient pas à la mesure sensible, au monde physique. Pouvoir spirituel (Église) et pouvoir temporel (État). religieux. Subst. Le spirituel et le temporel. Les valeurs spirituelles d'une civilisation. « Il importe de sauver l'héritage spirituel » (Saint-Exupéry). Fils spirituel.
4Mus. Concert spirituel, de musique sacrée.
IICour.
1(1636) Qui a de l'esprit, de la vivacité, de l'à-propos, qui sait briller et plaire. amusant, 1. brillant, 2. fin, malicieux, vif. « Parfois ironique, spirituel, incisif » (Renan). « Ces yeux vifs, pétillants, spirituels, cette bouche railleuse » (Léautaud).
2Qui est plein d'esprit. 2. fin, 1. piquant. Une plaisanterie, une repartie spirituelle. « Nous ne saurions décider si le mot est comique ou spirituel. Il est risible simplement » ( Bergson). Une caricature très spirituelle. drôle.
⊗ CONTR. Charnel, corporel, matériel, palpable, temporel. — Lourd, 1. plat.

spirituel nom masculin Membre d'une section de l'ordre des Franciscains, qui se faisait un devoir d'observer strictement la règle de saint François, et particulièrement le précepte de l'absolue pauvreté. (Persécutés et anathématisés par Jean XXII [1317-18], les spirituels donnèrent naissance aux fraticelles.) ● spirituel, spirituelle adjectif (bas latin spiritualis, du latin classique spiritus, esprit) Qui est de la nature de l'esprit, considéré comme une réalité distincte de la matière : La nature spirituelle de l'âme. Qui relève du domaine de la pensée, de l'esprit : La parenté spirituelle de deux écrivains. Qui appartient à un domaine moral, distinct des réalités du monde sensible et de la vie pratique : Le pape, chef spirituel des catholiques. Qui a de l'esprit, de la finesse dans sa manière de manier les idées : Un homme spirituel. Qui manifeste du piquant, qui amuse, fait rire : Une repartie spirituelle.spirituel, spirituelle (citations) adjectif (bas latin spiritualis, du latin classique spiritus, esprit) André Billy Saint-Quentin 1882-Fontainebleau 1971 La maladie du scrupule est un des fléaux de la vie spirituelle. L'Approbaniste Flammarion Roger Martin du Gard Neuilly-sur-Seine, 1881-Sérigny, Orne, 1958 Il y a deux façons d'être spirituel : par l'esprit qu'on met dans ce qu'on dit, et par celui qu'on met dans sa manière de le dire. Les Thibault, Épilogue Gallimard Emmanuel Mounier Grenoble 1905-Châtenay-Malabry 1950 Le spirituel commande le politique et l'économique. L'esprit doit garder l'initiative et la maîtrise de ses buts, qui vont à l'homme par-dessus l'homme et non pas au bien-être. Refaire la Renaissance, in revue Esprit n° 1 spirituel, spirituelle (expressions) adjectif (bas latin spiritualis, du latin classique spiritus, esprit) Pouvoir spirituel, pouvoir de l'Église en matière religieuse. ● spirituel, spirituelle (synonymes) adjectif (bas latin spiritualis, du latin classique spiritus, esprit) Qui est de la nature de l'esprit, considéré comme une...
Synonymes :
- immatériel
Contraires :
- matériel
Qui relève du domaine de la pensée, de l'esprit
Synonymes :
Contraires :
Qui appartient à un domaine moral, distinct des réalités du...
Synonymes :
Contraires :
- séculier
Qui a de l'esprit, de la finesse dans sa manière...
Synonymes :
- fin
Contraires :
- béotien
- bête
Qui manifeste du piquant, qui amuse, fait rire
Synonymes :
Contraires :
- sot

spirituel, elle
adj.
rI./r
d1./d PHILO Qui est de la nature de l'esprit, qui est esprit. Nature spirituelle de Dieu.
d2./d Qui a rapport à la vie de l'âme. Exercices spirituels.
d3./d RELIG Qui regarde la religion, l'église. Pouvoir temporel et pouvoir spirituel.
rII./r D'un esprit vif et fin, plein de drôlerie. Un convive très spirituel.
Une réponse spirituelle.

⇒SPIRITUEL, -ELLE, adj. et subst.
I. — (Ce) qui est de l'ordre de l'esprit ou de l'âme, qui concerne sa vie, ses manifestations, qui est du domaine des valeurs morales et intellectuelles; (personne) qui étudie ce domaine.
A. — Adjectif
1. [Corresp. à esprit 1re Section III, en tant que principe immatériel] PHILOS., RELIG. Synon. immatériel.
a) Qui est esprit, qui n'a pas de corps. Synon. incorporel; anton. corporel, organique, matériel. Être spirituel. Dans ces cercles qui mutuellement s'attiraient vers leur centre, il reconnut les neuf ordres de créatures spirituelles qui, entraînées par l'amour, entraînent elles-mêmes le monde entier. C'étaient les anges (OZANAM, Philos. Dante, 1838, p. 210).
b) Qui est de l'ordre de l'esprit (considéré comme un principe indépendant), qui concerne l'esprit; dont l'origine n'est pas matérielle. Nature spirituelle de l'âme; partie spirituelle de l'être. Quel avantage avons-nous à soutenir ou à croire que l'univers est plutôt spirituel que matériel? (MAETERL., Av. gd sil., 1934, p. 110).Si les admirables Rêveries ne nous réconcilient pas avec l'homme, elles accroissent notre pitié pour ce grand malade. Sa maladie est surtout spirituelle: étrange délire obsidional (MAURIAC, Trois gds hommes dev. Dieu, 1947, p. 128).
2. [Corresp. à esprit 2e Section I et II, en tant que principe de la pensée, de l'activité réfléchie de l'homme, de l'affectivité]
a) Qui se rapporte au domaine de l'esprit, de la pensée, de l'activité intellectuelle.
) [En parlant d'un inanimé abstr.] [Le mort] agit même plus qu'un vivant parce que, la véritable réalité n'étant dégagée que par l'esprit, étant l'objet d'une opération spirituelle, nous ne connaissons vraiment que ce que nous sommes obligés de recréer par la pensée, ce que nous cache la vie de tous les jours (PROUST, Sodome, 1922, p. 770). Il est donc naturel quand on parle des affaires spirituelles, (en appelant spirituel tout ce qui est science, art, philosophie, etc.), il est donc naturel, parlant de nos affaires spirituelles et de nos affaires d'ordre pratique, qu'il existe entre elles un parallélisme remarquable, qu'on puisse observer ce parallélisme, et parfois en déduire quelque enseignement (VALÉRY, Regards sur monde act., 1931, p. 226).
[Fonctionne souvent comme quasi-synon. de imaginaire, intellectuel, mental ou a tendance à former avec eux un couple synon.] Activité mentale et spirituelle. Le théâtre comme l'alchimie est, quand on le considère dans son principe et souterrainement, attaché à un certain nombre de bases, qui sont les mêmes pour tous les arts, et qui visent dans le domaine spirituel et imaginaire à une efficacité analogue à celle qui, dans le domaine physique, permet de faire réellement de l'or (ARTAUD, Théâtre et son double, 1938, p. 58).
) [En parlant de relations entre plusieurs pers.]
[En parlant d'un inanimé abstr.] Qui se situe au niveau de l'esprit, de la pensée, des valeurs intellectuelles. Synon. intellectuel, mental. Il n'y eut peut-être jamais d'autre lien spirituel entre nous que notre tendresse profonde pour la musique (MILOSZ, Amour. init., 1910, p. 166). Il y a, en revanche, des cas où l'on croit sentir sinon la collaboration effective, du moins l'influence spirituelle et prépondérante du plus grand des Le Nain, Louis (JAMOT, Les Le Nain, 1929, p. 72).
[En parlant de pers.] Qui manifeste une parenté, une filiation dans l'ordre de l'esprit, de l'intelligence. Frère spirituel. Le théoricien de la volonté, ce jumeau spirituel de Louis Lambert, consentant à perdre une parcelle de cette précieuse substance (BAUDEL., Paradis artif., 1860, p. 384). Ce qui est commun à tous les Français d'une certaine famille spirituelle, qu'ils appartiennent à la descendance de Pascal, ou qu'ils soient fils de Diderot et de Voltaire, n'est-ce pas, aujourd'hui, le dégoût? (MAURIAC, Bâillon dén., 1945, p. 418).
Fils, fille spirituel(le). V. fils I B 1 c. Quelque princesse d'amour de Porto-Riche? Quelque fille spirituelle du malicieux et tendre théâtre de Maurice Donnay? (FARGUE, Piéton Paris, 1939, p. 185).
) [En parlant d'une pers.] Préoccupé des choses de l'esprit plus que des biens matériels. Synon. idéaliste; anton. matérialiste, terre à terre. Reconnaissons-le: il existe des variétés dans la femme comme dans l'homme (...) Certes, il y a (...) des femmes purement spirituelles ou purement matérielles (BALZAC, Employés, 1837, p. 11).
Empl. subst. masc., rare. Personne qui a une vie intellectuelle intense, qui est préoccupée des choses de l'esprit; philosophe qui professe le spiritualisme. Ce n'est pas l'homme qui a le moins d'esprit qui vit le moins par l'esprit. Le pauvre d'esprit créa l'Esprit, création des pauvres d'esprit. Et ce furent des « spirituels » qui créèrent ce qu'ils nommèrent la Chair (VALÉRY, Tel quel I, 1941, p. 63).
b) [Corresp. à esprit en tant que principe de la vie psychique, en partic. des facultés affectives; en parlant d'un affect, d'un sentiment, d'un lien entre plusieurs pers.] Qui se situe au niveau de l'âme, de l'esprit, de la vie psychique, sans rien de sensuel; qui a rapport à la vie intérieure de l'âme dégagée des sens, aux fonctions supérieures de l'esprit. Anton. charnel, physique2, sensuel. Bonheur corporel et spirituel; plaisir spirituel; union spirituelle. Voulez-vous de mon dévouement, de mon amour spirituel? (ADAM, Enf. Aust., 1902, p. 220).
3. RELIG. Qui n'appartient pas au monde physique mais au monde de l'esprit, de l'âme, à la vie religieuse, au domaine moral distinct des réalités du monde sensible et de la vie pratique. Anton. mondain, séculier, temporel. Administration, autorité, bien, puissance, règlement, royaume spirituel(le). Chaque bourgade étoit gouvernée par deux missionnaires, qui dirigeoient toutes les affaires spirituelles et temporelles des petites républiques (CHATEAUBR., Génie, t. 2, 1803, p. 433).
Chef, père spirituel. Responsable au point de vue religieux. Le tsar est le chef et le père spirituel de cent cinquante millions d'hommes. Responsabilité effroyable qui n'est qu'apparente. Peut-être n'a-t-il réellement à sa charge, devant Dieu, que deux ou trois êtres humains (BLOY, Journal, 1894, p. 150). L'évêque étant le chef spirituel de son diocèse, nul autre que le pape, duquel il tenait son autorité, n'avait qualité pour lui demander des comptes et se prononcer sur eux (BILLY, Introïbo, 1939, p. 104).
Gouvernement spirituel. V. gouvernement B 2 a.
Pouvoir spirituel. V. pouvoir2 I D 2 a.
B. — Subst. masc. sing. à valeur de neutre
1. Ce qui appartient au domaine de l'esprit, de la pensée, de l'âme. L'esprit est tout. Le matériel est esclave du spirituel (MARTIN DU G., Thib., Cah. gr., 1922, p. 615):
1. ... quelques hommes donnent l'idée, — ou l'illusion, — de ce que le monde, et particulièrement l'Europe, eût pu devenir, si la puissance politique et la puissance de l'esprit eussent pu se pénétrer l'une l'autre, ou, du moins, entretenir des rapports moins incertains. Le réel eût assagi les idées; le spirituel eût, peut-être, ennobli les actes...
VALÉRY, Variété IV, 1938, p. 95.
2. Anton. charnel, sensuel. Il y avait en lui une souplesse et une diversité essentielles. Il y avait du spirituel et du sensuel, du détachement et du désir (VALÉRY, Variété IV, 1938, p. 26). V. corporel A 2 ex. de Péguy.
3. Anton. de mondain, séculier, temporel. Je n'ai rapporté l'histoire de l'ange et de l'ermite que pour montrer l'abîme qui sépare le temporel du spirituel (A. FRANCE, Opin. J. Coignard, 1893, p. 275). La ligne à suivre est bien simple: s'occuper (...) de la situation matérielle, faire face aux multiples travaux non choisis qui m'incombent, et pour le restetant sur le plan religieux que sur celui du posthumeveiller à ce que jamais le temporel ne vienne à refluer ainsi sur le spirituel (DU BOS, Journal, 1927, p. 187).
II. — (Ce/personne) qui concerne, étudie la vie de l'âme en tant qu'émanation et reflet d'un principe supérieur; qui est relatif à la pratique ou à la vie religieuse, à la spiritualité, à la religion.
A. — Adjectif
1. Relatif à la vie religieuse. Synon. religieux. Doctrine, discipline spirituelle. À cette époque les fondations de sa vie intérieure [de la Mère Agnès] étaient assurées, son pli spirituel était pris et la courbe de son ascension nettement tracée (BREMOND, Hist. sent. relig., t. 4, 1920, p. 212).
2. Relatif à la pratique de la méditation et de l'union mystique avec Dieu, aux moyens pour y parvenir. Communion spirituelle. Ce n'étoit plus eux [les grands et les riches], ni leurs femmes, ni leurs enfans, qui venoient à leur tour dans les paroisses de Paris (...) présenter le pain bénit, en signe d'alliance spirituelle avec Jésus-Christ et avec tous les fidèles de son Église (BONALD, Législ. primit., t. 1, 1802, p. 200).
Vie spirituelle. Vie de l'âme qui tend à l'union avec Dieu; vie religieuse. Chez les Dominicains je suis témoin d'une vie spirituelle très intense, très prenante. Les Pères sont des hommes remarquables par leur science et leur forte piété (BILLY, Introïbo, 1939, p. 164).
[En parlant de moyens]
♦ [En parlant d'un inanimé abstr.] Combat spirituel; gymnastique spirituelle. Elle avait requis l'aide spirituelle de son directeur contre des tentations, des troubles dont elle ne précisa pas la nature (MAURIAC, Baiser Lépreux, 1922, p. 188). Nicolas Machiavel (...), étranger non seulement à tout mysticisme, mais encore au christianisme (je veux dire à ce qui, dans la religion, est pour un chrétien nourriture spirituelle) (L. FEBVRE, Leur hist. et la nôtre, [1938] ds Combats, 1953, p. 281).
Bouquet spirituel. V. bouquet1 D 2 b.
Exercice spirituel. V. exercice A 2 b. C'étaient des Chadelya, disciples du vieux Cheikh et Ghazouani, qui se livraient à leurs exercices spirituels (PSICHARI, Voy. centur., 1914, p. 39). La discipline des Renseignements Généraux, se dit-il, vaut bien celle des Exercices spirituels de Saint-Ignace (NIZAN, Conspir., 1938, p. 214).
[En parlant d'une pers.] Directeur, guide spirituel; médecin spirituel (vx). Synon. de confesseur, directeur (de conscience). Mais les fêtes d'Esther et cet éclat mondain jeté sur des pensionnaires élevées dans la piété avaient blessé les directeurs spirituels de Mme de Maintenon (A. FRANCE, Génie lat., 1909, p. 161). — Vous avez l'air d'un vrai prêtre, vous! Je veux me confesser à vous. Je l'écoutai donc et pus constater quelles ascensions merveilleuses Dieu avait réalisées dans cette âme, si difficile sur le choix d'un guide spirituel (BILLY, Introïbo, 1939, p. 197).
3. Fondé sur l'Église, organisé sur des bases religieuses. Monarchie, puissance spirituelle. Pour réaliser ce grand dessein de miséricorde et d'amour, conçu de toute éternité dans la pensée de son Père, le Fils de Dieu forma une société spirituelle destinée à recueillir ceux qui croiroient en lui, et il institua pour la gouverner un sacerdoce nouveau, un corps de pasteurs chargés de répandre sa parole et d'administrer ses sacrements (LAMENNAIS, Religion, 1826, p. 53). Catholique, il [Napoléon] l'est devenu lorsqu'il eut commencé à se bercer de l'illusion que le pape pourrait devenir, entre ses mains, le plus diligent des préfets, et, le Saint-Siège, le ministère de la police spirituelle (J.-R. BLOCH, Dest. du S., 1931, p. 257).
4. Rempli, pénétré de spiritualité; de spiritualité.
a) [En parlant d'une pers.] Qui fait preuve d'une grande spiritualité. Synon. mystique, religieux. Par la pénitence, le renoncement, la méditation, développons en nous l'homme spirituel [déclare le christianisme] (TAINE, Philos. art, t. 2, 1865, p. 145).
b) [En parlant d'un inanimé abstr.] De spiritualité. École spirituelle. Il est certain que le domaine de l'âme s'étend chaque jour davantage (...). On dirait que nous approchons d'une période spirituelle (MAETERL., Trésor humbles, 1896, p. 29).
Lecture spirituelle. La lecture spirituelle de six heures et demie du soir consiste en une pieuse lecture que, sur l'indication du supérieur, font à haute voix les meilleurs lecteurs, dans la salle des exercices, soit en une causerie du supérieur sur la vie sacerdotale (BILLY, Introïbo, 1939, p. 80).
LITT. Livre, ouvrage spirituel; littérature spirituelle. Qui traite de religion, de spiritualité. Ses livres spirituels [de l'Église russe] présentent à cet égard [de la suprématie du Pape] des confessions si claires, si expresses, si puissantes qu'on a peine à comprendre comment la science qui consent à les prononcer, refuse de s'y rendre (J. DE MAISTRE, Pape, 1819, p. 60). Le P. Guilloré reste un des classiques de la littérature spirituelle. Le Traité de l'oraison — le second acte du long drame dont nous suivons présentement les péripéties(...) est une façon de chef-d'œuvre (BREMOND, Hist. sent. relig., t. 4, 1920, p. 478).
MUSIQUE
Chant spirituel, musique spirituelle. Chant religieux; musique religieuse, sacrée. Au moyen âge, Peire d'Alverne (fin XIIe s.), pour la langue d'oc, et Gauthier de Coincy († 1236), pour la langue d'oïl, ont employé pour ces chants [les chants dits spirituels, c'est-à-dire d'une qualité religieuse] en langue vulgaire le titre de chanson pieuse (...). Au XVIe s., a prévalu le terme de spirituel (BRENET Mus. 1926, p. 419). Ce fut aussi l'époque d'une autre forme de la musique, purement religieuse ou « spirituelle » (GASTOUÉ, Vie mus. église, 1929, p. 37).
Concert spirituel. Concert où l'on exécute une musique à caractère religieux. Le soir, Concert spirituel à la Madeleine (Stabat Mater de Rossini, Les Sept Paroles de Haydn, Ave verum de Mozart, etc.) (AMIEL, Journal, 1866, p. 197):
2. ... l'histoire de la musique, qui pour la plus grande partie avait été depuis saint Grégoire l'histoire de la musique religieuse, sera surtout celle de la symphonie, du théâtre, de la musique de chambre, et aussi du concert spirituel, issu sans doute de la musique d'église, mais devenu un genre, comme les autres, de musique personnelle.
POTIRON, Mus. église, 1945, p. 69.
5. Vx. [En parlant de l'interprétation des livres révélés] Allégorique, figuré, mystique. Anton. littéral. Signification spirituelle. Il est nécessaire (...) de distinguer soigneusement les sens spirituels certains, voulus par le Saint-Esprit, acteur principal de l'Écriture, et exprimés médiatement sous le sens littéral, des interprétations spirituelles, proposées avec plus ou moins de fondement par les Pères et les exégètes catholiques (BOUYER 1963).
B. — Subst. masc.
1. Subst. masc. sing. à valeur de neutre. Mysticisme, ce qui touche à la religion, à Dieu. En réalité, toute l'éducation moderne tend à nous armer contre le spirituel. Pour avoir la paix, pour établir un équilibre durable (...) on nous apprend à déjouer toutes les ruses de ce perpétuel assiégeant qui est Dieu. On lui oppose une invincible tiédeur (...) c'est le ciel tout entier avec ses gouffres et ses millions d'astres qui se rue sur nous (GREEN, Journal, 1942, p. 220).
2. Subst. masc. Personne faisant preuve d'une grande spiritualité, servant de modèle ou de référence à ceux qui cherchent à développer leur vie spirituelle; mystique, religieux. Au premier rang des spirituels, il [Fumet] met les chartreux, puis les carmes. Il me dit que sur cent vocations de chartreux, il n'y en a que dix qui « tiennent » (GREEN, Journal, 1945, p. 259). Beaucoup de penseurs et de spirituels de l'Inde modernetels Tilak et Gandhiéveillés à l'urgence des réformes sociales et politiques réclamées par leur temps, attachent à cette « voie de la délivrance » une valeur privilégiée (Philos., Relig., 1957, p. 52-11).
HIST. RELIG.
,,Nom qui fut donné, dans le treizième siècle, à des membres de l'ordre des frères mineurs de Saint-François qui firent schisme dans cet ordre, sous prétexte d'observance exacte de la règle`` (Ac. Compl. 1842).
♦ Quiétiste au XVIIe s. Il semble, écrit un (...) spirituel, que « l'âme devrait avoir inclination à l'oraison de repos », et néanmoins, il n'est pas de violence qu'elle ne se fasse, pour se maintenir en état d'activité. C'est que le démon d'abord lui persuade qu'elle perdra son temps à ne plus agir. Comme il appréhende qu'elle ne surgisse à bon port au havre de l'oraison de quiétude (BREMOND, Hist. sent. relig., t. 4, 1920, p. 538).
III. — [Corresp. à esprit 2e Section I D 2 b, en tant que forme d'intelligence aiguë, vive et mordante]
A. — Adjectif
1. Courant
a) [En parlant d'une pers.] Qui a de l'esprit, qui manifeste une forme d'intelligence vive et mordante, qui excelle dans l'art d'opérer des rapprochements drôles ou de manier les idées et les mots avec une verve fine et piquante. Synon. brillant1, intelligent; anton. lourd, plat1, sot. Elle était assez spirituelle pour comprendre parfaitement que s'écarter ainsi de la foule, ce n'est pas se cacher, mais annoncer que l'on ne veut pas être vu (KARR, Sous tilleuls, 1832, p. 216). Un petit homme au regard pétillant de sottise (...) Il n'en est pas moins convaincu qu'il est spirituel et fort intelligent (GREEN, Journal, 1956, p. 163).
[P. méton.]
♦ [En parlant des traits ou de l'expression du visage] Qui annonce, dénote de l'esprit, une intelligence fine et piquante. Anton. sot, stupide. Air, minois, nez, regard spirituel; physionomie spirituelle. Il faut aller vous coucher, reprit-elle avec cet air ironique si bien fait pour sa tête fine et spirituelle (DUMAS fils, Dame Cam., 1848, p. 132). Une verrue dans le sourcil gauche qui lui donnait l'œil spirituel, d'autant qu'il en clignait (ARAGON, Beaux quart., 1936, p. 233).
♦ [En parlant d'une attitude, d'un comportement hum.] Espiègle, fin, malicieux. Méchanceté, vivacité spirituelle. La voix enrouée, mate et spirituelle de Préault, qui fait tomber dans mon oreille des histoires, des anecdotes, des mots (GONCOURT, Journal, 1865, p. 160). Malgré l'empâtement des traits, la lèvre supérieure se retroussait toujours de même, vers la gauche, de biais, avec une spirituelle lenteur, tandis qu'une lueur malicieuse s'allumait insensiblement entre les paupières plissées (MARTIN DU G., Thib., Épil., 1940, p. 827).
♦ [En parlant d'un produit de l'esprit, d'une action] Qui est plein d'esprit, d'intelligence; qui manifeste du piquant; en partic., qui amuse, fait rire. Synon. amusant, brillant1, fin, malicieux, plaisant ; Anton. plat1, sot, stupide. Argument, article, écrit, mot spirituel; histoire, parole, phrase, plaisanterie, réponse spirituelle. Le style pathétique, élevé, harmonieux, et propre à l'éloquence de la tribune, était aussi facile à un Grec ou à un Romain, que le style spirituel et poli, vif et court, badin et flatteur, est facile à un Français (JOUBERT, Pensées, t. 1, 1824, p. 412). Le genre de réflexions spirituelles qu'il faut savoir garder pour soi (BUTOR, Passage Milan, 1954, p. 80).
♦ [En parlant d'une manière d'écrire] Reprendre, nous l'espérons tous, cette plume spirituelle qui se rouille (COLETTE, Vagab., 1910, p. 206).
P. antiphr. Ne pas être intelligent, malin. Ah! c'est malin, c'est spirituel (ROB. 1985).
Loc. Trouver spirituel de + inf. Trouver amusant, intelligent, malin de. Trouver spirituel de dire, de faire qqc. Elle chercha de la main la clef ordinairement sur la serrure et la chercha vainement. La veuve Fipart avait trouvé spirituel de l'emporter (PONSON DU TERR., Rocambole, t. 3, 1859, p. 480).
b) Littér. [En parlant d'une chose concr.]
Fin. Il arrosait, ce vin, le plus spirituel des déjeuners. Peu de viandes, à la vérité, mais toutes remarquablement épicées. Beaucoup de gâteaux, crêpes au miel, beignets aromatisés (BENOIT, Atlant., 1919, p. 135).
Alerte, vif. Le silence, ici, c'est (...) le trot d'un cheval du pays aux petits sabots spirituels, des trompes d'automobiles (COLETTE, Entrave, 1913, p. 12).
2. Domaine artist.
a) BEAUX-ARTS (dessin, peint.). [En parlant d'une œuvre d'art, d'une représentation picturale] Bien rendu, vivant. Dessin, tableau spirituel; caricature spirituelle. Toujours ces mains spirituelles, contournées de vermillon, aux demi-teintes bleues, où sur la pleine pâte, le courant de la chair serpente; ces mains vivantes, ces anatomies spirituelles, où la tache de vermillon et de bleu, posée comme au hasard du pinceau, mais posée juste, les fait vivre et remuer avec la transparence d'une chair vénitienne (GONCOURT, Journal, 1860, p. 805).
[P. méton.]
♦ [En parlant de la manière de peindre] Qui exprime le caractère des objets, qui donne de la vie. Touche spirituelle. Sa couleur [de M. Blin] est faible, mais sa brosse est légère, facile, spirituelle; son dessin est entendu; ses tons sont très harmonieux (CASTAGNARY, Salons, t. 1, 1859, p. 92).
♦ [En parlant d'un artiste] Parfois péj. Dont l'art est vivant. Un peintre spirituel, enlevant chaque année quelques succès faciles au moyen de petits tableaux anecdotiques lestement troussés (CASTAGNARY, Salons, t. 2, 1878, p. 324).
b) MUS. [En parlant d'un air, d'une note] Au caractère alerte, vif. Sa musique, mélodique, spirituelle, bien écrite et facilement conçue l'a placé [Auber] comme chef d'école dans l'opéra-comique français au XIXe siècle (ROUGON 1935, p. 311).
B. — Subst. masc.
1. Subst. masc. sing. à valeur de neutre
a) Finesse d'esprit; caractère amusant, plaisant. [La duchesse de Maufrigneuse] ne connaissait pas le cabaret: d'Esgrignon lui arrangea une charmante partie au Rocher de Cancale avec la société des aimables roués qu'elle pratiquait en les moralisant, et qui fut d'une gaieté, d'un spirituel, d'un amusant égal au prix du souper (BALZAC, Cabinet ant., 1839, p. 72).
b) Le genre spirituel. La personne en cause [celle de qui on rit] (...) n'est pas toujours celle qui parle. Il y aurait ici une importante distinction à faire entre le spirituel et le comique. Peut-être trouverait-on qu'un mot est dit comique quand il nous fait rire de celui qui le prononce, et spirituel quand il nous fait rire d'un tiers ou rire de nous. Mais, le plus souvent, nous ne saurions décider si le mot est comique ou spirituel. Il est risible simplement (BERGSON, Le Rire, Paris, P.U.F., 1950 [1900], pp. 79-80).
c) Domaine artist. (beaux-arts). Caractère véridique, vivant d'une œuvre d'art. Ce qui est inestimable dans ces planches, c'est la mise dans l'air de ces personnages, le spirituel de ces figures, l'expert de ces regards, la réalité de ces postures (HuYSMANS, Art mod., 1883, p. 218).
2. Subst. masc., vx. Personne d'esprit. Cet ouvrage spirituel [Les Folies de Regnard] (...) est original par l'esprit qui y est à chaque vers, et jusque dans les situations, mais généralement froid (...) Il doit enchanter les spirituels-froids qui fourmillent dans le monde (STENDHAL, Journal, t. 1, 1805, p. 259).
Loc., péj. Faire le spirituel. Chercher avec affectation à faire preuve d'esprit. Synon. faire le bel esprit. Bah! reprit un autre, qui voulait faire le spirituel, tous ces nobles de la ville haute sont les mêmes, ils portent le deuil de leur garde-robe et de leurs espérances (THEURIET, Mariage Gérard, 1875, p. 14).
REM. Spirituellerie, subst. fém., hapax. Raffinement subtil. [Au Salon, au Palais de l'Industrie] De l'esprit non pas même de touche, mais de sujet; de la littérature de pinceau, avec deux idéals menant tout cela. L'un est je ne sais quelle poussière d'idées anacréontiques; des énigmes effleurées sur la toile, de la poudre de l'aile d'un papillon gris; l'antiquité et la mythologie par le petit et par le menu, par une spirituellerie morale qu'elle n'a jamais connue: des hannetons attachés par la patte, que des grands enfants s'amusent à faire cogner contre les murs de marbre du Parthénon (GONCOURT, Journal, 1857, p. 379).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 2e moit. Xe s. esperitiel « de nature immatérielle, de l'ordre de l'esprit » (St Léger, éd. J. Linskill, 172); b) ca 1165 « surnaturel » (BENOÎT DE STE-MAURE, Troie, 24002 ds T.-L.); c) ca 1190 (Chanson d'Aspremont, 1875, ibid.: Dex, dist Richiers, bials pere esperital); d) XIIIe s. (Sermons poitevins, 15, ibid.: Hom qui est de .II.natures, de nature corporau et de nature esperitau); e) ca 1485 (Mystère Viel Testament, éd. J. de Rothschild, t. 4, p. 366: Qui met [...] zizanie entre les fréres Tant charnelz que esperituelz); f) 1672 subst. (Mme DE SÉVIGNÉ, Corresp., éd. R. Duchêne, t. 1, p. 500); 2. a) 2e moit. Xe s. « relatif à l'âme de l'homme » (St Léger, 215); b) 1174-76 « (d'une personne) pieux, religieux » (GUERNES DE PONT-STE-MAXENCE, St Thomas, éd. E. Walberg, 569); c) ca 1200 vie spiritueile (Dialogue Grégoire, éd. W. Foerster, p. 102); d) XIIIe s. (Sermons poitevins, loc. cit.: Hom [...] a mester de doble pain, dau pain corporau au cors, e dau pain esperitau a l'arme); e) 1316-28 (Ovide Moralisé, éd. C. de Boer, t. 1, p. 145: Adont l'aime Dieus per amours, Si li porte comme a s'amie Spirituele compagnie); f) 1376 lumiere esperituele, mort esperituele (Modus et Ratio, éd. G. Tilander, t. 1, p. 146); g) 1508 pasture spirituelle (du pasteur envers ses ouailles) (ÉLOY D'AMERVAL, Livre de la diablerie, éd. Ch.-F. Ward, p. 220b); 3. a) 1247 « qui appartient à l'Église » (Charte ds DU CANGE, s.v. spiritualia: esperitues choses); b) 1283 (PHILIPPE DE BEAUMANOIR, Coutumes Beauvaisis, éd. A. Salmon, t. 1, p. 153: justice esperituel); c) 1511 subst. (GRINGORE, Jeu du Prince des Sotz ds Œuvres, éd. Ch. d'Héricault et A. de Montaiglon, t. 1, p. 229: Mais gardons l'esperituel, Du temporel ne nous meslons); 4. a) 1509 « relatif à la pensée, à l'intellect » (JEAN LEMAIRE DE BELGES, Illustr., Œuvr., I, 248, Stecher ds GDF. Compl.: laboriosité spirituelle); b) 1571 enfant spirituel (en parlant d'un livre) (LA PORTE, Epith. Avert., ibid.); c) 1573 « qui montre de la finesse d'esprit » (GUILL. PARADIN, Hist. de Lyon, III, XXIX, ibid.: L'autre dame estoit nommee Pernette du Guillet, toute spirituelle, gentille et tres chaste, laquelle a vescu en grand renom de tout meslé savoir); d) 1769 domaine artist. (DIDEROT, Salons, p. 328: touche spirituelle; p. 423: un faire très-spirituel). Empr. au b. lat. spiritalis, spiritualis dér. de spiritus « esprit », littéral. « propre au souffle, au principe vital » (sens représenté dep. le XVIe s. par spiritueux), surtout att. chez les Pères de l'Église qui l'empl. p. oppos. à « corporel, charnel, matériel », pour qualifier ce qui se rapporte à l'âme, à l'Esprit divin, au Saint-Esprit, d'où « symbolique, mystique » et « du domaine de l'intelligence spirituelle » [c'est-à-dire « qui n'est pas victime de la lettre »], v. BLAISE Lat. chrét.; le double domaine sém. du mot, théologico-mystique et ressortissant à la philos. de la nature, explique les empl. de spirituel (et de ses dér.) dans les différents champs de la philos., la théol. et la psychol. aussi bien que son empl. dans la terminol. jur. eccl. (sens 3) ou l'affaiblissement de sens que représente le sens 4 c (v. FEW t. 12, pp. 190-191). L'a. fr. empl. indifféremment les quatre formes spirit-, espirit-, sperit-, esperit- corresp. aux formes de esprit, la 1re éliminant les autres au XVIe s. Fréq. abs. littér.:5 500. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 6 647, b) 5 271; XXe s.: a) 5 781, b) 11 418. Bbg. GORCY (G.). Cf. bbg. spiritualité. — GORDON (W. T.). A. History of semantics. Amsterdam; Philadelphia, 1982, pp. 53-471.

spirituel, elle [spiʀitɥɛl] adj.
ÉTYM. V. 1265; spiritueil, v. 1200 (théol. et relig.), var. espirituel, espirital…; lat. ecclés. spiritualis, de spiritus « esprit ».
———
I Didact. De l'esprit (III. et IV.).
1 Relig. et philos. Qui est un esprit (III., 1.); de l'esprit (IV., 1.), considéré comme un principe indépendant ( Spiritualisme). || Dieu, les anges, êtres spirituels. Incorporel; immatériel.
1 C'est le propre d'une réalité spirituelle de ne jamais se changer en objet, ou de ne se connaître que dans l'acte même par lequel elle se fait.
L. Lavelle, De l'âme humaine, p. 143, in Foulquié, Dict. de la langue philosophique, art. Esprit.
2 (Fin XIIe, spiritueil). Relig. De l'âme (cit. 16 et 20), qui concerne l'âme, en tant qu'émanation et reflet d'un principe supérieur (divin…). || Vie spirituelle. || Père spirituel : directeur de conscience; spécialt, confesseur.Vx. || Le médecin spirituel de qqn, son directeur de conscience.Exercices spirituels. || Les Lettres spirituelles, de Fénelon. || Bouquet spirituel.
N. (Vx). || Les spirituels : les franciscains mystiques, aux XIIIe et XIVe siècles; les quiétistes, au XVIIe siècle. || « Les nouveaux spirituels » (Bossuet, Lettre, 31 oct. 1693).
(1728). Mus. || Concert spirituel, de musique sacrée. || Musique spirituelle, religieuse.
3 (1642). Qui n'appartient pas au monde physique, à la nature sensible.
a Relig. (Opposé à mondain, à temporel). || Le royaume (cit.) spirituel de Jésus. || Pouvoir spirituel (de l'Église) et pouvoir temporel (des gouvernants de l'État). || Affaires spirituelles. Religieux.(À l'intérieur de la religion même). || Miracles (cit. 2) sensibles et miracles spirituels. || Communion spirituelle : prière par laquelle on s'unit par l'esprit à ceux qui communient matériellement. Communion (3.). Spécialt. || Sens spirituel d'un texte (opposé à sens littéral). Allégorique, figuré, mystique.
b Morale. De l'esprit (IV., 1. et 3.) ou selon l'esprit ( Moral), par oppos. à concret, matériel (cit. 2 et 7), physique, sensible ( aussi Abstrait, intellectuel). || Biens spirituels. || Héritage (cit. 12) spirituel. || Valeurs spirituelles d'une civilisation. || Échanges spirituels et matériels (→ Espéranto, cit.). || Filiation, parenté spirituelle. || Fils (cit. 15), père (cit. 21) spirituel. || Communion, famille spirituelle. || Les Diverses Familles spirituelles de la France, de M. Barrès.Vie spirituelle et vie intérieure (cit. 2). || Plaisirs (cit. 21) spirituels (opposé à physiques [1. Physique, cit. 2], sensoriels). || Amour spirituel, chaste, platonique.L'Énergie spirituelle, ouvrage de Bergson.
2 Le combat spirituel est aussi brutal que la bataille d'hommes; mais la vision de la justice est le plaisir de Dieu seul.
Rimbaud, Une saison en enfer, « Adieu ».
3 Je crois au monde spirituel, et tout le reste ne m'est rien. Mais ce monde spirituel, je crois qu'il n'a d'existence que par nous, qu'en nous; qu'il dépend de nous, de ce support que lui procure notre corps.
Gide, Journal, 15 mai 1949.
3.1 Tout en écoutant, Jean percevait confusément que ce qu'il y a de réel dans la littérature, c'est le résultat d'un travail tout spirituel, quelque matérielle que puisse en être l'occasion (une promenade, une nuit d'amour, des drames sociaux), une sorte de découverte dans l'ordre spirituel ou sentimental que l'esprit fait (…)
Proust, Jean Santeuil, Pl., p. 481.
N. m. (1690). || Le spirituel : le pouvoir spirituel. || Le spirituel et le charnel (cit. 3 et 4), et le temporel.
4 La Révolution chrétienne a amené l'avènement du spirituel, c'est-à-dire de l'esprit lui-même, comme négativité, contestation et transcendance, perpétuelle construction, par delà le règne de la Nature, de la cité antinaturelle des libertés.
Sartre, Situations II, p. 130.
5 Le spirituel commande la politique et l'économique. L'esprit doit garder l'initiative et la maîtrise de ses buts (…)
E. Mounier, in Dupré, no 4588.
5.1 Une lettre de Jacques Maritain au sujet de mon livre et c'est celle d'un vrai spirituel qui voit tout par le dedans.
J. Green, Journal 1958-1967 (Vers l'invisible), 9 juin 1959, p. 120.
N. Rare. Personne douée de spiritualité.
4 Rare. De l'esprit (IV., 6.), de la raison. Intellectuel, mental. || Opération spirituelle (→ Recréer, cit. 1).
———
II Fin XVIe, d'abord au sens d'« éclairé » : une spirituelle « une intellectuelle » (→ 1. Parler, cit. 82, Molière); puis « ingénieux » : « l'invention des horloges est fort spirituelle » (Furetière); correspond à esprit, au sens V, 2.
1 (Personnes, comportements). Qui a de la vivacité, de l'à-propos, qui sait briller et plaire. Amusant, brillant, fin, humoriste, ingénieux, malicieux, salé (3.; vx); → Attirant, cit. 8; entendre, cit. 75; esprit, cit. 99 et 159; incisif, cit. 5. || Il est très spirituel, il a de l'esprit jusqu'au bout des doigts, des ongles. || Gai et spirituel Facétieux.Air spirituel (→ Genre, cit. 29), physionomie spirituelle. || Minois (cit. 1) spirituel.Vivacité (→ 3. Fronde, cit. 1), méchanceté spirituelle. Satirique.
6 Beaumarchais, j'imagine, avec lequel il (Becque) a tant de parenté, devait avoir ce même air, dégagé, franc, courageux, frondeur, ces yeux vifs, pétillants, spirituels, cette bouche railleuse, d'où les mots semblaient sans cesse prêts à jaillir.
Paul Léautaud, le Théâtre de M. Boissard, XLIII.
7 (…) La physionomie n'est pas que dans les traits du visage. Il y a des mains spirituelles et des mains sans imagination.
France, le Crime de S. Bonnard, I, II, Œ., t. II, p. 310.
(Groupes). || Un milieu assez spirituel. || Une société très spirituelle.
2 (Paroles, pensées, actions). Qui est plein d'esprit. Esprit (V., 3.). || Histoire, plaisanterie (cit. 4) spirituelle. Bon, fin. || Pensée spirituelle (→ Entendre, cit. 19; paradoxal, cit. 1). || Épigramme, mot (cit. 33) spirituel, joliment tourné. || Dire quelque chose de spirituel (→ Malhonnêteté, cit. 2). || Facétie plus grosse que spirituelle. || Repartie spirituelle, pleine de sel. Piquant, vif. || Un feu d'artifice, un feu roulant, de traits spirituels. || Le genre spirituel. || Ce n'est pas très spirituel ! Fin, malin.Dessin spirituel, caricature spirituelle (→ aussi Rentraiture, cit.).Par antiphr. || Ah, c'est malin, c'est spirituel !
N. m. (Déb. XVIe, espirituel). Le genre spirituel.
8 Il y aurait ici une importante distinction à faire entre le spirituel et le comique. Peut-être trouverait-on qu'un mot est dit comique quand il nous fait rire de celui qui le prononce, et spirituel quand il nous fait rire d'un tiers ou rire de nous. Mais, le plus souvent, nous ne saurions décider si le mot est comique ou spirituel. Il est risible simplement.
H. Bergson, le Rire, p. 79.
CONTR. Animal, charnel, matériel, palpable, sensuel, temporel, terrestre. — Balourd, béotien, bête, imbécile, lourd, niais, nigaud, plat, sot, stupide.
DÉR. Spiritualiser, spiritualisme, spirituellement.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • spirituel — Spirituel …   Thresor de la langue françoyse

  • spirituel — spirituel, elle (spi ri tu èl, è l ) adj. 1°   Qui est esprit, qui n s pas de corps. Les anges sont des substances spirituelles. •   L ennuyeuse chose que d être si peu spirituelle, que de ne pouvoir faire un pas sans son corps !, SÉV. 14 août… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • spirituel — Spirituel, [spiritu]elle. Incorporel. adj. Qui est esprit. Les Anges sont des substances spirituelles. Il signifie aussi, Qui a de l esprit, & se dit des personnes & des choses. Un homme fort spirituel. une femme bien spirituelle. une responce,… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • spirituel — [spē rē tü el′] adj. [Fr: see SPIRITUAL] having or showing a refined nature or, esp., a quick, graceful wit or mind …   English World dictionary

  • SPIRITUEL — ELLE. adj. Incorporel, qui est esprit. Les anges sont des substances spirituelles. SPIRITUEL, signifie aussi, Qui a de l esprit. Un homme fort spirituel. Une femme très spirituelle.   Il signifie, en parlant Des choses, Ingénieux, où il y a de l… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Spirituel — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : « Spirituel », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) Le mot spirituel (du latin spiritualis, de… …   Wikipédia en Français

  • spirituel — or spirituelle adjective Etymology: spirituel from French, literally, spiritual; spirituelle from French, feminine of spirituel Date: 1673 having or marked by a refined and especially sprightly or witty nature …   New Collegiate Dictionary

  • spirituel — adj. (also spirituelle) (of the mind) refined and yet spirited; witty. Etymology: F spirituel, fem. elle (as SPIRITUAL) …   Useful english dictionary

  • spirituel — /spir i chooh el /; Fr. /spee rddee tyuuel /, adj. 1. showing or having a refined and graceful mind or wit. 2. light and airy in movement; ethereal. Also, spirituelle. [1665 75; < F: lit., SPIRITUAL] * * * …   Universalium

  • Spirituel — Åndfuld, vittig …   Danske encyklopædi

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.